SERV-vil

En 2007, Gouvernement flamand et interlocuteurs sociaux définissent un “agenda de compétences 2010” (pdf). L’objectif est d’améliorer le marché du travail via l’apprentissage et l’enseignement, une meilleure information sur les métiers, des solutions adaptées aux travailleurs âgés ou non qualifiés etc. Bref, une série de priorités bureaucratiques mâtinées de quelques contre-pieds syndicaux. On parle d’adaptation des travailleurs au marché du travail, très peu de l’inverse. L’emploi est secondaire par rapport aux exigences de formations et de curriculums adaptés.

Dans ce cadre, le Sociaal-Economisch Raad van Vlaanderen, soit le conseil économique et social flamand, a lancé un appel à la rédaction d’un guide de bonnes pratiques en rapport avec le développement et la gestion des compétences du personnel. Qu’il s’agisse d’entreprises privées, d’organisations publiques ou du secteur non-marchand, le but est de récolter les us et coutumes des entreprises, de les mettre en exemple et de les populariser. Somme toute, rien de bien surprenant fans un environnement managérial.

Ce qui l’est plus, c’est la présence d’une organisation bien particulière, laquelle s’efforce d’accueillir et accompagner les nouveaux entrants, tient compte des acquis issus de l’expérience, travaille au développement de la confiance en eux parmi ses travailleurs, offre des formations pour les postes de travail spécifiques, etc. Dans un même esprit de saine collaboration professionnelle, les organisations syndicales sont associées au projet.

Et pour l’organisation de ce projet “de gestion des ressources humaines” marche tellement bien qu’il sera étendu à tous les… autres centres fermés du pays. Je vous renvoie à la page 23 de la liste des entreprises et organisations (pdf) décrivant leur bonnes pratiques.

On imagine bien le centre de Merksplas, qui est en fait le centre fermé participant au projet du SERV, organiser une grande réunion avec les directions des autres centres fermés sur le profil de fonction des assistants sociaux, qui devraient faire preuve de la plus grande… distance possible avec leurs usagers : les  convaincre d’une expulsion volontaire. Pour info, cela est d’ailleurs prévu par la loi, comme l’atteste la page 63 de ce rapport “Centre fermés : Etat des lieux” (pdf), réalisé à l’initiative de diverses organisations défendant les étrangers, dont la Ligue des droits de l’Homme

L’arrêté royal du 2 août 2002 qui fixe le fonctionnement des centres fermés énonce que le personnel des centres a pour mission “d’accompagner psychologiquement et socialement » les détenus, de « les préparer à leur éloignement éventuel” et de “les inciter au respect de la décision d’éloignement qui serait prise à leur égard”. Ces tâches les placent évidemment en situation délicate par rapport à la déontologie et à l’indépendance que l’on est en droit d’attendre d’un assistant social. Les détenus nous ont rapporté qu’ils vivent comme une très forte pression ce que disent ou font certains assistants sociaux pour les convaincre de partir : non seulement les propos explicites invitant à se soumettre à la décision d’expulsion mais aussi parfois la rétention d’information sur les recours juridiques possibles ou une négligence à donner suite à des demandes formulées par les détenus dans le cadre des diverses procédures.

Chacun remarquera également la formidable interaction entre la fonction de psychologue et celle de directeur adjoint. Quoi de plus normal, le directeur adjoint doit être un psychologue. Il s’agit sans doute de l’uniformisation de l’exécution des tâches.

Ou bien d’accueillir si bien les nouveaux médecins que ceux-ci en perdent leur indépendance professionnelle et leur déontologie.

Ou encore, pourquoi pas, recruter d’anciens vigiles insensibles, racistes, violents ?

Par curiosité, j’ai été consulter les annonces de vacances d’emploi pour les centres fermés. Eh oui, la déportation étatique est définissable en profil de fonction : l’assistant social de Merksplas (profil complet) doit être doté d’une grande force de persuasion, avoir le sens des responsabilités, pouvoir faire face aux situations de conflit, etc.

Quant au veiligheidsassistent team leider (au centre 127 bis), à vous d’aller voir sur le site du ministère de l’intérieur et de ne pas postuler avent le 30 octobre.

Conseil musical : La Rumeur avec Ils nous aiment comme le feu

Comments

  1. October 21st, 2008 | 22:37

    Formidable ton blog.

  2. October 29th, 2008 | 18:58

    Formidoble, ta blague…

    histoire d’être constructif… :-)