Hommage à Freddy

A deux jours du Premier Mai 2008, le bourgmestre PS de Bruxelles, Freddy Thielemans, s’illustrait pitoyablement. Alors que des sans-papiers exerçaient leur droit de manifester, l’édile communal cautionna leur arrestation1 par la police. Pour une personne sans-papiers, sans existence légale2, franchir le pas de la clandestinité individuelle vers une manifestation collective pour obtenir des droits3 représente un acte de courage remarquable. Chaque clandestin sait qu’il s’expose de la sorte à une arrestation, à un passage vers un centre fermé et à l’expulsion. Se faire arrêter est autre chose que 12 heures de détention dans une cellule puant l’urine. Bien souvent, c’est l’assurance de revoir ses bourreaux le pied à peine posé sur le sol de son pays d’origine.

Deux jours plus tard, le bourgmestre bruxellois se faisait copieusement huer au Premier Mai FGTB de la Place Rouppe.

Crédits photos Pierre Capoue http://pierrecapoue.blogspot.com

.

Mais en ce Premier Mai, c’est plutôt un hommage que je voudrais rendre à Freddy. Socialiste dans l’âme, membre de la FGTB, affilié aux Mutualités socialistes et encarté avec difficulté au PS, il s’agit pourtant d’un autre Freddy. Mais à un an d’intervalle, il a aussi chamboulé mon Premier Mai.

J’étais aujourd’hui désappointé et déçu des diverses manifestations prévues à Bruxelles pour ce Primo Maggio. D’un côté, un Premier Mai de Lutte4 où l’organisateur principal aux louables objectifs utimes, demeure, c’est désespérément classique, ancré dans une analyse arriérée, et de la société et de sa constituante militante. De l’autre, un Premier mai des sans-papiers dont les initiateurs tiennent une analyse remarquablement juste mais qui évitent soigneusement de… revendiquer quoi que ce soit. Entre les deux, une Fédération Générale du Travail de Belgique qui préfère les concerts Place Rouppe et se refuse à comprendre que l’époque est au combat contre le capitalisme et pour les travailleurs et pas aux concerts bourgeois bohèmes.

Dès lors, autant me balader à vélo sur les chemins de halage en tentant de rejoindre Charleroi. Peut être le Premier Mai y sera-t-il plus dur.

Et me voilà parti pour le Pays noir. Sitôt Hal dépassée, les alentours du canal deviennent plus sauvages et sont paradoxalement les troublants témoins d’une histoire et d’un présent ouvriers.

Je longe les anciennes installations des Forges de Clabecq où, signe des temps, un grutier y débarrasse de la ferraille en ce jour des travailleurs. La veille, le patron de Duferco Clabecq5 annonçait un plan de réorganisation, officiellement sans licenciements secs mais avec des postes de travail en moins. On y croit, tiens.

[dewplayer:http://a.plume.et.a.poilsurle.net/wp-content/musique/JP-2009-04-30-19h.mp3]

(JP de 19h de la première radio le 30/04/2009)

Un peu plus loin, à Virginal, se profilent les papeteries Arjo-Wiggins. Elles aussi sont touchées par la crise et les travailleurs sont obligés6 de croire à une reprise. Mais à quel coût  ? Attiré par les alentours de Ronquières, où là aussi on préfère se délasser le Premier Mai. Un peu par hasard finalement, musardant dans le pays à la recherche de côtes à gravir, je me retrouve à l’entrée d’Ittre, un pneu arrière crevé.

Et arrive Freddy. Pull troué de toute part, bleu de travail à la braguette ne fermant plus très bien, chaussettes noires dans des sandales usées du même ton. Il s’occupe sans doute à quelque bricole. Soixante-cinq ans, environ. Un peu rapetassé mais pas courbé sur lui-même, encore trapu. Avec un accent qu’on ne trouve que chez certains travailleurs de la région, un accent qui roule chaleureusement les “r”, qu’on sent remonter du bas de la gorge jusqu’au palais. Il me propose de l’eau fraîche, me parle des cyclistes qui s’arrêtent souvent devant chez lui après la montée. La discussion s’amorce. La pause est salutaire.

Je viens de Bruxelles et suis originaire de l’autre bout du Brabant, lui apprend-je. La géographie nous amène vite à évoquer sa région, aux confins du Brabant-Wallon.
- Là-bas à Ronquières c’est le Hainaut, me dit-il et Virginal est à la limite.
Ah les papeteries… Les travailleurs ne rigolent pas pour l’instant. Je lui avoue suivre le dossier de loin.

Lui aussi. Je vais à chaque fois au conseil communal. Je ne suis pas sur les listes, hein. Et le problème avec les papeteries c’est qu’elles ne font que du papier autocopiant7. Maintenant qu’il y a les ordinateurs c’est dépassé et ils ne se sont pas adaptés.
Et avec les Forges en déclin, c’est toute la région trinque.
- J’y ai travaillé aux Forges. Et je suis affilié FGTB depuis 1959. chez les Métallos, hein
J’y travaille à la FGTB, camarade.
Et de me confesser qu’il ne sait pas pour qui voter, que le PS, ça ne va pas. Après la Californie de José Happart, là. Deux jours de mission parlementaire pour prendre des vacances après. Et en Californie en plus. Il y a bien le PTB, hein, mais…
Que lui dire ?

Ben à gauche il y a d’autres petites listes. Il n’y a pas que le PTB. La LCR est dans une alliance intéressante, par exemple. Et puis, il y a le frère de Roberto D’Orazio qui se présente aussi aux élections européennes sur la liste CAP D’Orazio.
Intéressé, Freddy va y réfléchir à ces petites listes. Satisfaits, on se donne du “camarade”. Notre Premier Mai est sauvé.

Mon vélo, pas encore. On se serre la main. Il s’en va. Je m’attaque au remplacement de la chambre à air.

Retour 10 minutes plus tard.

- Tiens. Voilà une Jupiler. J’en buvais une là devant les informations et je me suis dit que je pouvais bien te donner un rafraîchissement. Et ça  donne de l’énergie. (court silence) Je suis déçu, j’ai regardé le Premier Mai, là. Di Rupo avec son nœud papillon. Et à Jodoigne avec Louis Michel. Rhôô lala. Nulle part on n’a chanté l’Internationale. Sauf à un endroit.
A Liège ?, je tente.
A Liège. Eh, je te donne une bière qui vient de là hein! De la bière wallonne.
Je la dégoupille avec plaisir.

- Je vais regarder ça de plus près, les petites listes, c’est intéressant. Di Rupo, je n’y crois pas.
Ben tiens, il a privatisé Belgacom
- Sans parler de la  Sabena. Dans la région c’est Flahaut. Un gros cou celui-là avec un double menton. Il est partout. Ou bien Michel de Wolf, le sportif. Son affiche est toujours à côté de celle de Flahaut. Mais lui, il est quand même plus à gauche.

Et on a causé, comme ça, sans tenir compte du temps. Partageant la même aversion à l’égard des curés et porteurs de crucifix, ces vieilles ganaches ensoutanées, comme on dit à l’ULB. Parce qu’il y a étudié à Bruxelles : commençant médecine, il a finalement opté pour la physique de la métallurgie. On se resserre la pince, une fois puis deux.

- Tu seras toujours le bienvenu me dit-il en guise d’au revoir.

- Je reviendrai
J’aimerais bien l’avoir pour maïeur, Freddy.

PS :
Cher Freddy, je te transmettrai ces lignes dès que je repasse dans le coin. Je viendrai sans doute avec deux chopes, qui seront moins fraîches que les tiennes après 30 bornes à vélo. Mais c’est l’intention qui compte, comme on dit. C’est que j’ai deux choses à  me faire pardonner, camarade.
D’abord, je dois t’avouer que je vote nul. Le moment n’était pas propice pour te le dire, ton casier de Jupiler y serait passé et je ne sais pas comment j’aurais évité de verser dans l’eau du canal sur le chemin du retour.
C’est que c’est dur d’expliquer sa position à quelqu’un qui a pu voir que le PS (ou plutôt le POB avait un sens) à un moment de son histoire. Rappelle-toi, nous avons aussi parlé de la grève contre la loi unique et tu as sûrement vécu une partie de la guerre scolaire et de la Question royale. Et le PC aussi avait du sens à cette époque.
Je voudrais te dire, camarade, que le suffrage universel nous a été confisqué. Que nous votons mais que nos élus appartiennent à une “élite”, les guillemets s’imposent, qui  sous couvert de beaux discours et de caresses dans le sens du poil a accepté le capitalisme depuis longtemps. Et en profite. Et que les petites listes n’ont pas beaucoup d’autre ambition que de symboliser un sursaut, un mouvement protestataire. Mais pas de renverser le pouvoir en place pour le socialisme. Voilà c’est très vite dit. Mais j’espère que nous aurons l’occasion d’en recauser un jour.
Mais, camarade, quel que soit ton choix, je ne peux que le respecter. Tant au fond de toi qu’à l’extérieur, tu as le cœur à gauche et tu continueras à te battre. Moi aussi je lutterai.
A bientôt.

Enfin, j’ai l’habitude de boire de la Maes. Mais ne t’en fais pas: la Jup’ me convient très bien aussi.

PPS : je lirai Jacques Monod, et Le hasard et la nécessité

Conseil musical : Miossec, pour ce que ni lui ni moi ne voulons devenir avec On était tellement de gauche

[dewplayer:http://a.plume.et.a.poilsurle.net/wp-content/musique/miossec-on_etait.mp3]


  1. Malgré les promesses politiques de ne pas procéder à l’arrestation de personnes exerçant leurs droits constitutionnels, http://www.mrax.be/article.php3?id_article=604 []
  2. comme si on pouvait légaliser l’existence []
  3. à l’existence, précisément; au travail et à la sécurité sociale; à la fin de la peur et de la précarité []
  4. d’où se sont finalement retirées de nombreuses organisations []
  5. le nouveau nom des Forges []
  6. http://www.lalibre.be/actu/brabant/article/488038/quel-avenir-pour-arjowiggins.html []
  7. une sorte de papier carbone []

Comments

  1. May 1st, 2009 | 23:18

    Cool, ton premier mai… (effectivement avec quelques fautes de syntaxe, camarade, mais on s’en tape)

    Et quand tu as dégoupillé ta jup’ ou ta maes, tu la lances dans la tranchée ennemie? :-)

    Résistance, camarade, résistance…

  2. May 2nd, 2009 | 8:27

    Salut Julien (et au passage Thierry aussi),
    Avec un jour de retard, bonne fête à tous, et merci pour le récit de ton 1er mai (que j’avoue avoir passé à travailler!), j’ai particulièrement apprécié ton PS: (pas le parti, hein!).
    A+

  3. LamamandYetL
    May 2nd, 2009 | 14:57

    ben ça,c’est le plus beau de tous les textes de 1er mai de cette année tiens. trés émouvant.

    Un premier mai de partage,de rencontre,d’échanges et de convergences, pas le premier mai des serrages de pinces, des “salut-tu-va-bien?” (Inconnus) des inconnus et des cocktails entre “gens biens”.

    bon,faut vraiment que j’apprenne à rouler à vélo…

  4. Michael
    May 3rd, 2009 | 5:38

    Eh ben merci, Ju. Je croyais que le 1er mai s’était passé comme d’habitude, et je n’avais pas tout à fait tort. Sauf sur un point. Superbe texte.

  5. Julien Uh
    May 3rd, 2009 | 16:51

    Ci après, je transmets le commentaire de Thierry Delforge qui a eu des problèmes à le poster directement

    [[[ « Ce parcours vélocipédique m’a arraché des larmes. Pourquoi ne s’est-il pas terminé à Charleroi ?

    Que dire à Freddy (Ouf ! Il est en règle de cotisation) ? Ben, que S.M., de la délégation des Forges, était bien à la manif « 1er mai de lutte » (250 participants). Que, s’agissant de voter, comme tu l’y invites, il y a la liste D’Orazzio, parmi celles de la « gauche (pourrie) de la gauche ».

    La kermesse de la pl.Rouppe : nous y sommes entrés, comme dans du beurre fondu, aux cris de « Une grève musclée, une bonne séquestration, le seul langage que comprennent les patrons ! », « Des milliards pour le patronat, la lutte pour le prolétariat ! », « Guerre, misère… », « Police partout, justice de classe !’ et de l’inusable
    « A bas les flics et les bourgeois ! ».

    Détail navrant, la grande photo de K.Marx, meuh non, d’I.Bétancourt était toujours accrochée à la façade de la FGTB.

    Ce qui nous a permis de crier aussi « Reprenez-la, libérez nos camarades !»

    Autre détail navrant : la permanence du P.S. bruxellois est désormais installée à côté de « Comme chez soi », meuh non, à côté de la FGTB, agrémentée de la photo de Freddy, dont le visage portait encore les stigmates d’un dîner arrosé, meuh non, d’un surcollage.

    Devant un parterre de permanents, Demelenne, à proximité de l’Elysette a livré un discours « anticapitaliste , dans le style si combatif de Di Rupo. Désormais, grâce au P.S., au PTB, en passant par la FGTB, et J.Flinker-ATTAC-cinéma, les « petites gens » savent pour qui voter.

    Les groupes de la « gauche (pourrie) de la gauche » fermaient la marche des sans-papiers, à la remorque de l’UDEP. De cette
    myriade de goupes partis, certains, à l’assaut du parlement européen pour « une autre Europe, dans un autre monde » ne sortait que
    le seul mot d’ordre « Régularisation ! » consacrant ainsi les sans-papiers dans le rôle d’avant-garde du prolétariat.

    Mention spéciale pour la LIT, et « la Lutte », qui étaient du cortège, évitant d’arborer quelque drapeau rouge, et toute référence au socialisme, pour ne pas effrayer cette avant-garde. Et surtout prétexte pour quitter le comité pour un « Premier Mai de lutte ».]]]
    Note de Julien : SM = Silvio Marra, ancien délégué des Forges de Clabecq

  6. Julien Uh
    May 3rd, 2009 | 17:54

    Aaah Thierry, si tes fantasmes de 250 militants (plutôt entre 60 et 100 (d’après le nombre de tracts distribués par le Secours Rouge) reprenant le contrôle de la Place Rouppe étaient réels, hein.

  7. T.Delforge
    May 3rd, 2009 | 18:56

    Pour le comptage, certains militants du S.R. sont pire que la police. Le quarteron de tracteurs du S.R., arrivé bien après la dislocation de notre manif, n’a vu de la manif “1er Mai de lutte” que le groupe qui a envahi la pl.Rouppe.
    Publie les photos prises à St-Gilles et sur les boulevards, cher Julien.

  8. Julien Uh
    May 3rd, 2009 | 19:07

    Toutes mes excuses Thierry, on est encore pires que la police, tellement on compte mal. Là on voit clairement que vous êtes encore moins de 100 et même de 60 :-D

    .
    .
    .

    .
    .
    .
    .
    .
    .

    publiées à ta demande, donc. Merci de me les avoir transmises

  9. T.Delforge
    May 4th, 2009 | 5:37

    Cher Julien,

    Comment fais-tu pour voir ce qu’on ne voit pas ? Ton regard perçant aperçoit-il les 6 (six) calicots, suivis de militants de 6 (six) organisations.
    Changeons de méthode : tes sources ? Pas de noms, mais s’agit-il du noyau dur du S.R., le CcC-ter, ou son agrégat varié ?
    Négationisme ? Meuh non ! Juste du néo-thomisme et du libre-examinisme de bon aloi.
    En coupant la poire en 1/4, je reste plus près de la réalité.

    La devinette est mathématiquement incorrecte : deux solutions

  10. T.Delforge
    May 4th, 2009 | 6:21

    A propos du “noyau dur” (tout juste un pépin, en fait) du S.R., le CcC, extrait commenté de son manifeste :

    Conscient de sa faiblesse numérique, du peu de liens organiques qu’il a avec la classe ouvrière et la jeunesse militante,
    Pas de risque d’ouvriérisme, donc
    le collectif, CcC, ne prétend pas être l’organisation autour de laquelle devrait s’agréger les forces révolutionnaires pour marcher vers la fondation d’un authentique parti de classe révolutionnaire.
    On penserait, à tort, au S.R. Le vide, l’autisme. Ni stratégie, ni tactique. Modestie ?
    Mais le collectif dénie aussi cette prétention
    La prétention, le CcC en veut le monopole
    à toutes les autres forces présentes sur la scène militante belge.
    Pas de choix idéologique. Les O »N »G ? Les groupes trotskistes ?
    Nous en connaissons certaines pour y avoir milité,
    Des noms ? La filiation évoquée plus haut devient désincarnée, pas d’analyse d’une situation concrète, ce qui est l’ABC du marxisme
    nous en connaissons d’autres pour avoir étudié leur discours et leur pratique,
    Renvoyons le CcC à ses chères études et attendons un mémoire.
    et aucune d’elles
    (le CcC est même fâché avec la grammaire. « Ce qui se conçoit bien .. » )
    ne réunit les qualités nécessaires à cette ambition.
    Habemus Papam !

  11. Julien Uh
    May 4th, 2009 | 8:54

    ???

  12. Katelyne
    May 5th, 2009 | 21:42

    Tiens, il y a une petite opération de calcul à faire avant de pouvoir poster un commentaire. C’est peut-être la raison de la difficulté de Thierry à poster le sien ! :-D

    Toujours en forme, à ce que je vois, le Thierry ! Si tu nous lâchais un peu, ça nous ferait des vacances, tiens ! Et tes cours de marxisme, s’ils s’arrêtent à la première internationale, ça date… et n’est plus réellement d’actualité !
    Quant à moi, j’y vais aussi de ma petite phrase latine, tiens ! Asinus asinum fricat. Ca doit être pour ça que je n’ai jamais ressenti d’affinités avec toi ! :-)

    Bon, allez, retourne à ton apprentissage des comptes, puisque visiblement tu as des problèmes de chiffres !

    Et pour en finir avec toi, une petite adaptation d’un vers d’un poème de Catulle, tiens ! “Miser Thierry desinas ineptire”

    Julien, cette incursion dans ton blog est un régal ! :-)
    Je t’embrasse (ben oui, au SR, on donne aussi dans l’affectif ! :-D)